TwitterFacebook

Pied-bot : Prise en charge gratuite dans six centres hospitaliers

Les enfants âgés de moins de deux ans souffrant de pied-bot seront soignés gratuitement pendant une année. Les chaussures orthopédiques sont incluses dans cette prise en charge

Un salut pour le pied-bot. à partir de ce mois, tous les enfants âgés de moins de deux ans ayant un pied-bot bénéficieront d’une prise en charge gratuite. Les soins ainsi que les attelles pédieuses d’abduction, chaussures orthopédiques seront gratuits dans six centres hospitaliers à savoir respectivement, le Centre de rééducation motrice de Madagascar (CRMM) à Antsirabe, les Services d’appareillage et rééducation (SAR) Analankininina Toamasina, les hôpitaux d’Androva à Mahajanga et de Tambohobe à Fianarantsoa, le Centre hospitalier universitaire d’appareillage de Madagascar (CHUAM) à Befelatanana et le Centre hospitalier de référence de district (CHRD) Itaosy.
C’est le fruit de la collaboration entre l’association MiracleFeet et la Fondation Telma pour une durée de un an renouvelable. Les médecins utiliseront la méthode de Ponseti, une méthode qui ne nécessite pas une opération chirurgicale mais des plâtres. Ces points ont été soulevés hier durant la célébration de la journée mondiale du pied-bot au CHRD Itaosy.
«Le traitement du pied-bot peut se faire trois jours suivant la naissance et s’il n’est pas traité à temps, la déformation risque de s’aggraver tout au long de la vie. Les pieds des nouveau-nés ne contiennent pratiquement pas d’os mais du cartilage, c’est pourquoi il serait préférable de commencer tôt le traitement», a expliqué le directeur technique du CHUAM, Dr Irène Randriamampianina.
La prise en charge des enfants ayant un pied-bot dure en moyenne sept semaines à 5 ans, selon l’état de la malformation. Mais des parents abandonnent les traitements en cours de route pour diverses raisons.

COUT DU TRAITEMENT

Outre l’impatience, le coût du traitement est assez élevé, selon toujours le Dr Irène Randriamampianina. Il faut en effet au moins payer 20.000 ariary par semaine pour les plâtres, et 15.000 à 30.000 ariary pour les chaussures orthopédiques, sans compter les frais de déplacement.
Selon la coordinatrice de l’ONG MiracleFeet, Sendra Rabendrainy, les responsables auprès de ces centres de prise en charge effectuent des actions de sensibilisation auprès des ménages sur le pied-bot et la méthode de Ponseti. Pour cette année, les nouveaux cas enregistrés auprès du CHUAM durant les cinq premiers mois de cette année sont de 68 contre 146 pour l’année 2017.

HANITRA RAKOTOBE

2 commentaires

  1. why not try here Repondre

    I just want to mention I am just beginner to weblog and definitely enjoyed you’re web blog. Most likely I’m want to bookmark your website . You surely have good stories. Thanks a bunch for revealing your website.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les elements en (*) sont requis