TwitterFacebook

Association pédagogique d’Ankatso : « Non à l’instrumentalisation des étudiants à des fins politiques »

Les étudiants à l’université d’Antananarivo sont appelés à grossir le rang des manifestants sur la place du 13 mai. L’association pédagogique refuse de se rallier à tout mouvement politique

Selon le programme annoncé par les députés pour le changement depuis lundi, ils se rendront ce jour à l’université d’Antananarivo. Ils prévoient de faire sortir les étudiants dans leurs salles à Ankatso selon le député élu dans le district d’Ambatolampy, Olivier Randrianjanahary. Interrogé à ce sujet, le représentant des associations pédagogiques, Dagué Ratianarivo a souligné que jusqu’ici, les étudiants n’ont aucunement demandé à rejoindre ce mouvement.

«Nous avons maintenu notre position, les étudiants ne doivent pas être utilisés à des fins politiques. À travers une déclaration, les étudiants à Ankatso, ceux de Vontovorona et de l’École normale supérieure (ENS) ont déjà fait appel à l’apaisement pour que le programme universitaire puisse bien se dérouler et qu’il n’y aura pas d’année blanche», a-t-il expliqué. Autrement dit, l’association pédagogique dénonce l’instrumentalisation des étudiants.

Dernièrement, grande fût la surprise de l’association pédagogique lorsqu’un groupe de jeunes muni d’une banderole se disait être leurs représentants sur la place du 13 mai.Concernant la sécurisation du campus universitaire, le vice-président de l’université d’Antananarivo, Pr Roger Randrianja a indiqué que les éléments des forces de l’ordre ne seront pas sur place ce jour.

DISCUSSION

«Les députés ainsi que leurs partisans peuvent venir à l’université, nous restons ouvert à toute discussion. L’objectif est de veiller à ce que cette manifestation puisse bien se dérouler sans encombre et qu’il n’y aura ni casse ni blessés», a avancé le Pr Roger Randrianja. Il a également indiqué que les étudiants sont libres de rejoindre les manifestants, mais les cours continuent à l’université d’Antananarivo.

D’ailleurs, le syndicat des enseignants-chercheurs et chercheurs-enseignants (Seces) a déjà rassuré, la semaine dernière, qu’il n’y aura pas d’année blanche et que ledit syndicat attend la fin de l’élection présidentielle pour revendiquer les droits de ses membres.

HANITRA RAKOTOBE

1 commentaire

  1. Pingback: cwm85wtc45ntvwc4tw54t

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les elements en (*) sont requis