TwitterFacebook

Anatihazo II : Les habitants s’insurgent face à l’installation d’un pylône

Les riverains d’Anatihazo II ont contesté un projet de pylône. Une manifestation a été organisée à cet effet, samedi, qui n’en est pas d’ailleurs à sa première édition

Le quartier d’Anatihazo II a été le théâtre de remous samedi. Muni de pancartes et de sifflets, les habitants ont fait le tour du quartier pour contester l’installation d’un pylône. Le projet a éveillé la colère des riverains lorsque les techniciens étaient sur le point de faire l’installation. La nouvelle s’est répandue comme une trainée de poudre. Très vite, une foule en rage s’est amassée devant l’endroit où allait être installé cet équipement. Le ton est monté d’un cran, les riverains ont indiqués que ce projet risquerait de mettre en cause de nombreux symptômes et pathologies comme les insomnies, les maux de tête ou plus grave encore, certains cancers. Les responsables auprès du fokontany ne se trouvaient pas sur place et les manifestants sont rentrés bredouille. Toutefois, selon une source concordante, tout a été fait dans la légalité et cette installation aurait obtenu une autorisation. C’est la deuxième manifestation qu’ils ont organisée au cours de la semaine dernière. La première a eu lieu mercredi et qui a même nécessité la mobilisation des éléments des forces de l’ordre pour disperser les manifestants.

«Nous demandons à ce que ce pylône soit placé à un autre endroit, pour que nous ne subissions pas les impacts négatifs de ce projet. Il n’y avait pas eu de consultation préalable. Ainsi, nous ne sommes ni les principaux demandeurs ni les premiers bénéficiaires», selon Rasolohery Manitra, un des habitants du fokontany Anatihazo II

Bien que l’installation des émetteurs en télécommunication et des pylônes ait toujours fait l’objet d’une contestation populaire, le ministère de la Santé publique n’a pas encore émis sa position concernant la nocivité ou non de ces équipements. Jusque-là, les analyses concernant le danger de ces pylônes sur la santé se basaient sur les recherches effectuées par les pays avancés. Faut-il rappeler que ce genre de manifestation n’en est pas à sa première édition. Ampandrana, Besarety, Andavamamba, Antohamadinika ou encore Alarobia Amboniloha ont déjà effectué une manifestation similaire. Ces projets n’ont pas abouti à cause de la révolte des habitants, certains ont même nécessité l’intervention des forces de l’ordre et ont fini par des jets de lacrymogènes. Peut-être qu’il serait temps de se pencher sérieusement sur la question.

Hanitra Rakotobe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les elements en (*) sont requis

*