TwitterFacebook

Toamasina : Le prix de démarrage du litchi à 1.200 ariary le kilo

La capitale du Betsimisaraka est entrée en effervescence depuis l’ouverture de la campagne de litchi, hier. Une trentaine de stations de traitement de fruits se partageront les paniers de litchis collectés dans les communes aux alentours de Toamasina et aussi les sites de production d’Analanjirofo.

La ville du Grand Port est en ébullition. Comme prévu par le Centre technique horticole de Toamasina, la campagne du litchi a effectivement commencé. Les stations de traitement de fruits ont chargé leurs premières palettes, dès hier même.

À l’issue de la dernière réunion de préparation, hier, les parties prenantes de la filière ont fixé le prix de démarrage à 1.200 ariary le kilo. Le Chef de la région Atsinanana, Michel Talata a indiqué qu’il s’agit d’un tarif de lancement. «Personne ne doit descendre au-dessous des 1.200 ariary», a-t-il prévenu. Les exportateurs peuvent décider, en fonction des contrats qu’ils ont établis avec les collecteurs, des prix plus élevés. À rappeler que les entreprises exportatrices ont payé le même prix en 2017.

AUTORISATION

Pour ce qui est du tarif à l’export, les professionnels regroupés au sein du Groupement des exportateurs de litchi de Madagascar (GEL) île espèrent vendre leurs fruits à un peu plus d’un euro le kilo.

Une trentaine de stations de traitement de litchi seront opérationnelles lors de cette campagne, mais le fait le plus marquant c’est l’augmentation du nombre de collecteurs. Selon le chef de la région Atsinanana, 1.200 collecteurs, contre 800 l’an dernier, ont obtenu leur autorisation. Un membre du GEL, Simon Rakotondrahova a affirmé que cette décision a été prise suite à la concertation des parties prenantes de la filière. En effet, avec l’ouverture de nouveaux marchés comme la Russie, les opérateurs sont tenus d’améliorer la capacité d’approvisionnement de leurs stations. «Cela permet également de donner à de nouveaux acteurs de profiter des retombées de cette filière», a encore insisté cet opérateur économique.

Pour ce qui concerne l’acheminement des produits jusqu’en Europe, les exportateurs se montrent très confiants. Le premier bateau conventionnel devrait quitter le Port de Toamasina au plus tard le 23 novembre, avec à son bord 8.000 tonnes de fruits. Celui-ci mettra 17 jours pour faire le trajet jusqu’en Europe en passant par le canal de Suez. Ce qui signifie que le litchi de Madagascar se retrouvera dans les paniers à desserts des consommateurs européens bien avant Noël.

Didier Rambelo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les elements en (*) sont requis

*