TwitterFacebook

SCRUTIN PRÉSIDENTIEL : Un taux de participation moyen des électeurs

L’on s’attendait à un véritable engouement mais on est finalement resté à une participation moyenne des citoyens, à l’élection présidentielle d’hier. L’ensemble des districts de la Grande Ile n’aurait enregistré qu’un taux de participation avoisinant les 50%, selon le bilan provisoire, reçu après des bureaux de vote.

Plusieurs électeurs se sont pourtant accourues très tôt le matin auprès des bureaux de votes. A peine une heure après cette ouverture, un nombre important d’électeurs a ensuite été enregistré, générant finalement des longues files d’attentes qui ne cessaient de se combler tout au long de la journée. Le climat a d’ailleurs été clément, pour permettre à chaque citoyen de se rendre aux urnes, que vers 10 heures, l’ensemble des bureaux de votes faisait déjà état d’un taux de participation de 30%.

AFFLUENCE

A 11 heures, le ministère de l’Intérieur rapportait à son tour un taux de participation entre 35 à 40% pour Antananarivo, si ce taux était déjà de 68% pour le district de Toliara I à la même heure. Ce taux de participation n’avait donc pas été le même pour chaque district.

Le soir venu, rien n’avait vraiment plus changé. L’affluence des électeurs perdait même son allure. A rappeler qu’ils étaient 9 913 599 électeurs à être convoqués aux urnes, dans à peu près 25 000 bureaux de vote.

Ce modeste taux de participation général peut bien être lié au problème de la liste électorale. Bon nombre d’électeurs auraient en effet aimé voter, mais n’ont pas pu le faire n’étant pas inscrits. Mais celui-ci peut également se traduire à un fort taux d’abstention, car bon nombre de ceux qui sont inscrits ne se sont même pas pris la peine d’aller aux urnes. On peut également parler de jeunes à l’âge de voter qui se désintéressent encore de la vie politique de son pays.

En tout cas, tout se passait généralement comme il se devait, sous les regards vigilants des observateurs électoraux et avec une sécurisation farouchement assurée par les forces de l’ordre. Vers 17 heures, l’ensemble des bureaux avaient déjà été fermés pour permettre le dépouillement des résultats.

Rado Andriamampandry

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les elements en (*) sont requis

*