TwitterFacebook

Scandale sur le marché public : La Police va ouvrir une enquête

Face aux données concernant l’attribution des marchés publics publiée sur les réseaux sociaux, le ministère de la Sécurité publique a ouvert une enquête. D’après le Directeur administratif et financier(DAF) de ce ministère, le commissaire divisionnaire Georges Évariste Razafindravonona, cette publication constitue une forme de diffamation envers les responsables étatiques. «Un piratage informatique de haut niveau a été mené, étant donné que trois 0 ont été ajoutés au montant publiées sur les réseaux sociaux», a-t-il expliqué.

Ainsi, ce responsable a tenu à rectifier le montant destiné à l’entretien des véhicules au niveau de ce ministère. Selon le chiffre publié sur les réseaux sociaux, l’achat des pneus pour les véhicules de la police en 2016 était de 2,5 milliards d’ariary. Or, le DAF de la Police nationale a noté que ce chiffre ne correspond pas à celui qui se trouve dans la loi de finances 2016 qui est de 2,5 millions d’ariary. «Si cette somme véhiculée dans les réseaux sociaux existe réellement, elle n’aurait pas pu être décaissée au niveau du ministère des Finances et du budget (MFB) car elle n’est pas identique à celle qui est inscrite dans la loi de finances», a-t-il mentionné.
Le commissaire Georges Évariste Razafindravonona a par ailleurs noté que de longues étapes sont nécessaires avant que le décaissement puisse être opéré au niveau du MFB. Ainsi, tous les papiers qui seront envoyés aux fournisseurs doivent passer devant des responsables au sein de ce ministère. «Ces responsables au sein du MFB ne vont pas autoriser le dossier de décaissement au cas où le montant affiché est douteux», a-t-il conclu.
De son côté, l’Autorité de régulation des marchés publics(ARMP) a déjà lancé une enquête pour déterminer l’origine de ces anomalies. à noter que lors d’une conférence de presse vendredi, les responsables au sein de cette entité ont noté l’existence d’une erreur de saisie qui a fait que les chiffres parus sur son site ont étés rajoutés de trois 0.

Tsilaviny Randriamanga

12 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les elements en (*) sont requis