TwitterFacebook

Recyclage : Les déchets tananariviens valent 250 milliards d’ariary par an

En recyclant les 250.000 tonnes de déchets ramassés chaque année à Antananarivo, la capitale peut générer 250 milliards d’ariary de recettes. Des associations commencent à exploiter cette manne grâce à l’appui du secteur privé.

Le Centre national de recherche sur l’environnement à Madagascar (CNRE) révèle que 250.000 tonnes de déchets sont produits chaque année dans l’agglomération d’Antananarivo. 22% de ces ordures pourrait être recyclés et 70% transformés en compost. «La valorisation des déchets de la capitale peut générer annuellement des ressources s’élevant à 250 milliards d’ariary», indique le CNRE. Cette structure insiste que de telles initiatives permettraient de créer plus de 50.000 emplois verts et ce, sans parler des retombées positives de ces actions sur l’environnement.
Conscients de ce potentiel, des groupes d’individus ou associations s’initient dans le recyclage de déchets, mais pour l’instant, cela se limite aux déchets d’entreprises. L’association «Agir pour le développement durable et l’économie verte à Madagascar» (ADDEV) mobilise ses membres à travers le projet «Fanavotana», pour la collecte de déchets de bureau en vue de leur redonner une seconde vie après le recyclage. La coordinatrice du projet, Fenosoa Rabemanantsoa explique que cette initiative implique 250 femmes issues de couches vulnérables de la société. «Elles ont été formées dans le recyclage de déchets et travaillent avec un designer. La vente des articles produits leur assure des revenus supplémentaires», souligne-t-elle.

Nombreuses sont les possibilités offertes par les matières recyclées. Pour le cas de ce projet, les créatrices produisent des poubelles à partir de papiers journaux, des cartons, ou encore des chutes de tissus collectées dans les entreprises. L’on assure au niveau de l’ADDEV que les opérateurs privés s’intéressent de plus en plus aux produits recyclés. «Cette filière a une marge de progression encore inestimable», insiste Fenosoa Rabemanantsoa.

L’engouement pour les articles recyclés augmente et les opérateurs privés commencent à y investir. À Fianarantsoa par exemple, un investisseur privé s’est engagé à collecter, trier et traiter les ordures ramassées dans toute la ville pour les revaloriser. À Antananarivo, les initiatives à visées écologiques sont aussi nombreuses. Citons, entre autres, les pavés autobloquants fabriqués à partir de matières plastiques recyclées. Ce matériau fait déjà une percée dans le secteur de l’habitat.

Didier Rambelo

2 commentaires

  1. tsirah Repondre

    ten atsara ity projet iray ity sady manatsara ny tontolo iainana no hahazoana asa vaovao izay tena hita fa hasoana ny malagasy

  2. Tonton Ja Repondre

    C’est une bonne initiative des citoyens, cette association mérite de collaborer avec l’Etat pour renforcer ce projet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les elements en (*) sont requis