TwitterFacebook

Observation des élections : Le scrutin s’est déroulé dans le calme selon les observateurs

Le premier tour du scrutin présidentiel s’est déroulé globalement dans le calme. Les observateurs électoraux n’ont relevé aucun incident majeur au niveau des bureaux de vote.

Un vote dans le calme. Les observateurs électoraux ayant déployé leurs équipes sur l’ensemble du territoire, ont été tous unanimes à dire que Madagascar a tenu son pari, celui d’organiser un scrutin dans les règles démocratiques.

Le chef de la mission d’observation électorale de l’Union européenne, Cristian Preda a affirmé, hier lors de la visite qu’il a effectuée au niveau des bureaux de vote du lycée Jean-Joseph Rabearivelo, que le bon déroulement du scrutin confirme que Madagascar a su consolider les acquis de la démocratie. Il a assuré que les observateurs déployés dans toutes les régions ne sont pas insensibles aux réclamations qui leurs sont transmises. Il a toutefois précisé que la mission se basera sur les standards de l’Union européenne pour étudier les cas d’anomalies signalées.

L’Union africaine (UA) fait également le même constat concernant l’organisation générale de cette élection présidentielle. Le chef de la mission d’observation de l’UA, Ramtane Lamamra suggère à tous les acteurs politiques et aussi à la population dans son ensemble, de clore un chapitre de turbulences, d’instabilité, de précarité qui dure depuis 2002. «Il s’agit maintenant d’ouvrir une nouvelle perspective. Le pays a été trop souvent obligé de passer par des phases institutionnelles qui n’ont pas permis à la bonne gouvernance de prendre tout son essor. Le chargé d’affaires américain, Stuart Wilson n’a pas manqué, lui non plus, de féliciter le peuple malagasy pour son respect d’un processus électoral paisible. «Les États-Unis continuent d’encourager un processus électoral crédible, juste, transparent et inclusif», a-t-il souligné.

L’organisation de la société civile, elle aussi, a ses mots à dire à l’occasion des élections. Sahondra Rabenarivo de l’Observatoire malgache de la vie publique (SEFAFI) a affirmé que les enjeux de ce scrutin sont plus importants par rapport à 2013 parce qu’il s’agit d’une part, de la consolidation de la démocratie et d’autre part, il est question de régler une bonne fois pour toute la crise de 2009 par la voie des urnes. «Il faut que le résultat de cette élection soit incontestable», a-t-elle insisté.

Le président national du KMF-Cnoe, Ernest Razafindrabe, pour sa part, a soulevé quelques incidents relatifs aux procédures électorales. Il a incité les délégués des bureaux de vote à suivre et à respecter le processus électoral.

ANNICK SEDSON

1 commentaire

  1. Tonny Repondre

    Efa nanao izay hisian’ny fifidianana madio ny mpanara-maso ny fifidianana,azo antoka fa tena nangarahara iny fifidianana hirariana ho toy izany koa ny fifidianana amin’ny fihodinana faharoa.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les elements en (*) sont requis