TwitterFacebook

Ils ont dit 

Pasteur Ammi Irako Andriamahazosoa, Président de la FJKM :

«Chaque citoyen a le devoir de prendre des responsabilités envers le pays. Nous encourageons tous les chrétiens à s’impliquer davantage dans le cercle familial et la Nation. «Nous devrions prioriser l’apaisement, pendant et après les élections. La prière est aussi encouragée».

Didier Ratsiraka, ancien chef d’État :

« Je ne m’opposerai pas à la personne qui sortira vainqueur de cette élection malgré les anomalies constatées. Pourquoi avoir imprimé 12 à 13 millions de cartes d’électeurs alors que le nombre des électeurs avoisinait les 10 millions. Avec les 25.000 bureaux de vote, il faut autant de procès-verbaux, mais pourquoi il y en a 200.000 ? C’est du gaspillage. Pourtant, nous nous plaignons que nous ne disposons pas assez de budget pour la préparation de ce scrutin. «Plusieurs points méritent d’être éclaircis dans le processus électoral. Entre autres, la Constitution, la loi organique ou encore le code électoral».

Mananjara Randriambololona, président du Sénat :
«J’invite la population malagasy à effectuer son devoir en tant que citoyen. C’est un devoir et une responsabilité divins envers notre pays. Cet événement est important pour un pays démocratique comme Madagascar. C’est une façon de le porter haut, et le résultat apportera un grand changement. Je félicite également la CENI pour cette organisation».

Hary Andriamanarivo, président par intérim de l’Assemblée nationale

«Que l’élection soit faite pour le bien du pays. Tous les candidats se sont démenés lors des propagandes, j’espère que chacun acceptera le résultat. D’ailleurs, l’alternance démocratique est basée sur une élection présidentielle. Je souhaite également la sérénité pendant et après cette élection, et que la population malagasy attende sagement le résultat de la CENI».

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les elements en (*) sont requis