TwitterFacebook

Herald Gehrig : «Je suis convaincu que les Malgaches ne veulent plus d’une nouvelle crise»

L’ambassadeur allemand à Madagascar, Herald Gehrig, a interpellé les acteurs politiques que les crises politiques n’ont fait qu’enfoncer le pays dans l’extrême pauvreté. Il préconise le dialogue et le respect de l’État de droit pour résoudre le problème politique actuel

Les appels au dialogue se multiplie. L’ambassadeur de la République fédéral d’Allemagne à Madagascar, Herald Gehrig a encouragé, hier, les politiciens à travailler dans le cadre du respect de l’État de droit pour mettre en place l’alternance démocratique à travers l’élection. C’était lors de la célébration du 135ème anniversaire des relations d’amitié entre Madagascar et l’Allemagne, lancée au ministère des Affaires étrangères à Anosy. «Après presque quatre ans d’expérience dans ce pays, je suis convaincu que la très grande majorité de la population ne veut plus aucun bouleversement politique, ni par la force ni par la violence. C’est le dialogue et uniquement le dialogue entre les Malgaches qui va conduire à une solution pérenne», a déclaré Herald Gehrig.

Cet ambassadeur allemand à Madagascar a par ailleurs fait une comparaison de la situation dans laquelle se trouvait la Grande île lors de son indépendance et 50 ans après. Il a soulevé que dans les années 60, le pays avait un même niveau de développement que le Brésil et la Malaisie.

CHANGEMENTS

«Contrairement à ces deux pays, aujourd’hui émergents, Madagascar s’est enfoncé dans une pauvreté de plus en plus profonde en raison des changements de pouvoir violents et répétitifs», a interpellé le diplomate.

Cet appel a été réitéré par le ministre des Affaires étrangères, Henry Rabary-Njaka. Le chef de la diplomatie malgache a rappelé que l’inexistence de consensus entre politiciens pourra conduire le pays à la ruine. «Les Malgaches sont connus pour leur respect des valeurs traditionnelles dont la plus grande serait le Fihavanana. S’il y a une occasion pour prouver notre attachement à cette valeur, ce serait aujourd’hui», a-t-il lancé.

TSILAVINY RANDRIAMANGA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les elements en (*) sont requis

*