TwitterFacebook

Gendarmerie nationale : Les actes de kidnapping et de banditisme attendant le général Jean-Christophe Randriamanarina

Le nouveau numéro Un de la Gendarmerie nationale fait face à des défis pour mettre un climat d’apaisement avant l’élection. Il s’agit de la lutte contre les actes de banditisme en milieu rural et les actes de kidnapping

Le nouveau Secrétaire d’État chargé de la Gendarmerie (SEG), le général, Jean-Christophe Randriamanarina a officiellement pris sa fonction à la tête de ce corps hier. Comme tous les autres membres du gouvernement nouvellement nommés, ce haut responsable a comme responsabilité d’instaurer un climat d’apaisement afin de permettre la tenue de l’élection. Un objectif qui ne peut être atteint sans la mise en place de dispositifs adéquats dans la lutte contre les actes d’insécurité qui hantent la population actuellement. Il s’agit, en premier lieu, de la lutte contre les actes de banditisme en milieu rural où les bandits continuent à semer la terreur.

La réalité dans les campagnes et certaines régions de Madagascar semble dépasser le scénario d’un film hollywoodien. À part le fait de s’en prendre aux paysans, les bandits commencent actuellement à s’attaquer aux touristes. Le cas le plus récent est l’attaque d’un convoi d’une société d’extraction d’hydrocarbure dans le district de Morafenobe où un chauffeur a péri. Il n’y a pas longtemps encore, un convoi touristique a été également attaqué sur la route des Tsingy de Bemaraha, dans la commune de Bekopaka. Des faits donc, qui ont conduit les opérateurs dans le milieu touristique à interpeller les autorités.

En second lieu, le numéro Un de la Gendarmerie devrait également contribuer à la recherche de solution immédiate aux actes de kidnapping dans les grandes villes jusqu’à la campagne. Les dahalo ne se contentent pas seulement de vols de zébus mais enlèvent également les paysans. Le dernier fait enregistré est le rapt d’un opérateur économique dans le district de Tsaratanàna. Ce dernier n’a pu être libéré qu’en échange d’une rançon de 20 millions d’ariary. Et ce phénomène commence également à toucher le Sud de l’île, depuis que le nombre des bovidés a diminué.

Lors de son discours en marge de la cérémonie de passation entre lui et son prédécesseur, le général Jean-Christophe Randriamanarina s’est réservé le droit de formuler les stratégies qu’il va adopter. Toutefois, il a promis de donner des consignes aux officiers dans les régions concernées par ces actes qu’il considère comme passager. «En cette période d’avant les élections, les efforts de l’État sont orientés dans la préparation de ce processus. Les bandits profitent ainsi de cette situation pour accomplir leurs actes. Il appartient ainsi aux officiers responsables dans ces zones de renforcer les dispositifs en fonction de l’évolution de la situation», a-t-il indiqué.

Tsilaviny Randriamanga

6 commentaires

  1. komi Repondre

    l’insécurité est l’une des causes actuel qui frappe le peuple malgache!!C’est un grand tâche lourde qui attend le nouveau ministre. Il a besoin de notre aide pour lutter ce problème.Courage!!!!

    1. tsirah Repondre

      je suis entièrement d’accord avec « komi » mais c’est aussi a cause de cette crise mener par ces canailles de député tous ces insécurité

  2. aina Repondre

    C’est important de garder la tenue de l’élection, c’est une autre tâche important qui n’est pas facile. Il faut les soutenir

  3. stepan Repondre

    OK. Il faut mettre en place un système de sécurité adéquats pour maintenir l’apaisement et pour que l’élection soit stable.

  4. Tonton Ja Repondre

    Renforcer la sécurité, c’est une vraie réaction à prendre. Le pays a besoin de sérénité contre les mal qui persistent encore.

  5. sasa Repondre

    S’il vous plaît appelez au forces de sécurité à faire bien leur devoir Parce qu’ils nous protègent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les elements en (*) sont requis