TwitterFacebook

FLUX ILLICITES DE CAPITAUX : 233 milliards d’ariary blanchis en 2017

Le montant d’argent blanchi a presque triplé de 2016 à 2017. Une situation démontrant bien l’augmentation des flux illicites de capitaux dans la Grande Ile.

De plus en plus d’argent sale circulent dans la Grande Ile. Le montant d’argent blanchi en 2017 est estimé à plus de 233 milliards d’ariary, sur la base des 151 déclarations d’opérations suspectes reçues par le Service de renseignement financier (DOS). Un volume qui n’a cessé de suivre une tendance haussière puisqu’en 2015, 40 milliards d’ariary ont été blanchis pour se hisser à 92 milliards d’ariary en 2016, selon le rapport d’activité de ce service de l’année dernière et communiqué aux 67ha, hier.

Une grande partie dont 165 milliards d’ariary, a été blanchie dans les importations et ventes de marchandises générales. Un véritable canal de blanchiment de capitaux, car ce montant est multiplié par 3 si l’on se réfère à la statistique sortie en 2016, comme le précise le directeur général du Samifin, Boto Tsara Dia Lamina. 38 milliards ariary ont été blanchis dans l’exploitation et exportation de produits forestiers. Le blanchiment d’argent dans la promotion immobilière a cependant régressé, avec 693 millions d’ariary en 2017, contre 28 milliards ariary en 2016. 168 personnes auraient été suspectées dans ces blanchiments d’argents, dont la plupart sont des Malgaches.

Sur ces 151 DOS reçues en 2017 par le SAMIFIN, 107 d’entre elles ont été transmises au Parquet dont 94 au niveau du Pôle anti-corruption, sans aboutir à une quelconque condamnation. Une situation qui démontre l’impuissance de la Justice dans la lutte contre le blanchiment de capitaux et la faille du cadre légal y afférent. Car seule une condamnation a été enregistrée pour les cinq dernières années.

En tout cas, le ministre de la Justice, Noro Vololona Harimisa, rassure être fortement engagée contre le Blanchiment de capitaux, et veillera à ce que les dossiers qui sont déjà transmis au Pôle anti-corruption, nouvellement installé, soient bien suivis.

Le SAMIFIN, quant à lui, qui vient de célébrer ses dix années d’opérationnalisation se fixe de renforcer son efficacité par la mise en œuvre d’une nouvelle stratégie sur cinq ans. Une efficacité qui se traduira par plus d’effectivité dans l’application des actions aux auteurs de blanchiment, une meilleure prévention et système de détection optimisée. Les actions seront également orientées aussi bien dans le secteur informel que dans le secteur formel, pour prendre en compte les spécificités de l’économie Malgache, afin d’être plus efficace dans la lutte contre le flux illicite des capitaux.

Rado Andriamampandry

3 commentaires

  1. Hary Repondre

    Il faut que Madagascar ai la force de Combattre la blanchissement d’argent car c’est le premier ennemis qui fait chuter notre pays pendant tout ses années après l’indépendance.

  2. Tonton Ja Repondre

    Efa tsy azo ialàna intsony fa ef maro ny manafina ny asa ratsiny @ alalan’io fomba iray io! Mila hentitra ireo rantsana miady @io fa fototra iray hanimba ny firenena izany!!!

  3. komi Repondre

    la bonne gouvernance a été prouvé pendant cette année et c’est n’est pas un miracle mais grâce à la bonne gestion et la compétence du pouvoir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les elements en (*) sont requis