TwitterFacebook

Conjoncture : Le secteur privé dans l’expectative

Le secteur privé reste très sensible aux évolutions de la situation politique à Madagascar. Les opérateurs économiques préfèrent reporter certains de leurs projets après les élections pour limiter les risques.

Les opérateurs économiques malagasy ont tiré des leçons du passé. A l’approche des campagnes électorales, les entreprises lèvent les pieds et évitent de s’engager dans des projets d’envergure pour éviter de perdre de l’argent.

« Le contexte socio-politique qui prévaut dans le pays ne procure aucune assurance aux promoteurs et ceux-ci préfèrent reporter leur décision d’investissement. Cela ne signifie pas pour autant que les activités du secteur privé sont à l’arrêt. Les opérateurs travaillent mais ils se montrent très prudents », a déclaré le Président du Syndicat des Industries de Madagascar, Fredy Rajaonera.

Des sources au sein du Patronat confient également que les dépenses seront minutieusement gérées pour cette deuxième moitié de l’année. « Seules les dépenses indispensables seront priorisées. Les budgets prévus pour des renforcements de compétence (stage et formation) du personnel, les lignes financières pour des campagnes de communication seront considérablement réduits, voire annulés », précisent ces opérateurs économiques.

Au niveau de la Chambre de Commerce d’Industrie et de l’Artisanat d’Antananarivo (CCIAA), une responsable confirme que les entreprises ont tendance en ce moment à snober les programmes de formation ou les conférences à thèmes.

VISIBILITÉ

Le Président du SIM affirme que le secteur privé ne peut pas avancer quand il n’a pas de visibilité. Comme personne n’est en mesure de dire ce qui adviendra au lendemain des élections, les investisseurs ne veulent pas s’aventurer à entamer des grands travaux. Bien sûr, les chantiers qui sont déjà en cours ne pourront pas être suspendus. Il affirme que pour le moment, les acteurs sont dans l’expectative.

Le secteur privé souhaite, comme tous les citoyens malagasy que ces élections puissent se dérouler dans les meilleures conditions. « Le Président de la République qui sera élu à l’issue de ces élections devrait être accepté par tous. Le secteur privé ne veut plus connaître d’autres crises. Nous avons déjà avancé et il est temps de consolider les acquis», conclut Fredy Rajaonera.

DIDIER RAMBELO

8 commentaires

  1. Tsix Repondre

    Marina ny azy ireo. Raha toa ka filoha tsy mifanaraka amin’ny tokony ho izy kosa no eo dia atao ahoana moa no hiara-miasa aminy raha tsy mitovy akory ny fomba fijeriny.

    1. ANJA Repondre

      Tsara ho fantatra kosa aloha fa misy ny atao fifanarahana, mbola miverina manavao izany indray izany ireto sehatra tsy miankina raha toa ka miova ny filoha. Aleo ihany izany aloha ny teo ihany no eo amin’izay mitohy ny fiaraha-miasa.

    2. malagasy Repondre

      raha mipetraka ny atao hoe « continuter de travail »dia tena mbola tokony tsy mial eo amin’ny fitondrana ny filoha hery rajaonarimampianina fa hanohyhatrany ny asa efa natombony ho soan’ny firenena sy ny valaogasy rehatra

  2. Harena Repondre

    Raha ny fandinihako azy dia tokony hilamina ihany ireo orinasa tsy miankina fa ireto mpigrevy tsy mahalala izay hahafaty ny tanindrazana ireto no rangory fototrin’ny afo.Ny TIM ary moa vao maika manao fitarihan’olona ao am Behoririka.

  3. Tonton Ja Repondre

    Ny filaminana sy ny fifanajana ihany no vahaolana hanafoana ireo ahiahy maro misy @zao! Saro-pady loatra ny fifidianana ary efa leon’ny korontana nisy indrindra t@ 2002 sy 2009 ny vahoaka ka mila fitokisana matotra

  4. lemizo Repondre

    Mba tsy ho tapaka ny fiaraha miasa be dia be eo amin’ny izao tontolo izao sy ireo orin’asa be dia be vonona hiara hiasa amin’ny Madagasikara, dia tena ho lafatra sy ho tsara tokoa raha mbola ny filoha ankehitriny no fidiantsika hitanana ity firenena ity ho tombotsoa ny tsirairay sy ny firenena eo amin’ny lafiny fampandrosoana maharitra

  5. komi Repondre

    la coopération entre les secteurs privés et public sont toujours une avantage pour notre pays et surtout dans le domaine économique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les elements en (*) sont requis