TwitterFacebook

CENI Alarobia : Le camp Rajoelina snobe la confrontation des PV

L’équipe d’Andry Rajoelina n’a pas répondu à l’invitation de la CENI à une séance de confrontation des procès-verbaux, hier à Alarobia. C’était l’occasion pour lever ou confirmer les doutes sur la falsification de résultats

Le camp Rajoelina aurait-il tout simplement peur du verdict des urnes? Visiblement, la réponse à cette question est oui, si l’on se réfère à ce qui s’est passé hier. Invité par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) à venir à son siège à Alarobia pour confronter les procès-verbaux qui peuvent soulever des doutes, les représentants d’Andry Rajoelina ne sont pas venus.

Aucun deesdits représentant du candidat numéro 13 n’a été vu à Alarobia, alors qu’ils étaient les premiers à avoir crié aux fraudes fiscales perpétrées par la CENI lorsque tout espoir de l’emporter au 1er tour a été anéanti. Et pourtant, ce rendez-vous a été l’occasion de lever tous les doutes pour permettre au processus électoral de suivre son cours.

«Mais nous allons attendre ici jusqu’à demain si des candidats qui ont des doutes veulent venir confronter leurs procès-verbaux. Sinon, il faudra arrêter d’accuser à tort la CENI», a néanmoins avancé le vice-président de la CENI Thierry Rakotionarivo à l’endroit de ceux qui restent sceptiques.

RETOUR

Que veut donc réellement Andry Rajoelina ? En tout cas, ce qui est certain est que la tendance actuelle des résultats n’arrange pas du tout ses affaires. Il savait, avant même la tenue du 1er tour qu’aller au deuxième tour est risqué pour son élection, face à un adversaire aussi redoutable que Marc Ravalomanana. Voilà pourquoi, le mot d’ordre a été tout simplement de gagner au 1er tour et que toute cette opération de communication a été orchestrée dans la soirée du 7 novembre pour faire avaler à l’opinion sa victoire. Bref, Andry Rajoelina a tout simplement peur d’aller au deuxième tour et, peut-être, n’envisage-t-il pas du tout d’aller se faire humilier face à celui qu’il a fait tomber par un coup d’État en 2009.
Dans cette optique, une logique de contestation par la violence se dessine du côté du clan Mapar.

Sur les réseaux sociaux depuis hier, leur ligne de communication consiste à faire croire que, puisqu’ils ont gagné avec une avance importante dans certains bureaux de votes, ils doivent remporter l’élection au premier tour. Les vidéos diffusées évitent pourtant soigneusement de montrer les bureaux de vote où Marc Ravalomanana avait gagné avec autant d’avance. Mais contrairement au camp Ravalomanana, aucun résultat sur la tendance générale n’est affiché au QG d’Arena. D’ailleurs, par rapport à l’opinion publique, cette peur d’aller au deuxième tour devient de plus en plus flagrante et la mayonnaise a du mal à prendre.

Bref, le scénario catastrophe se dessine pour Andry Rajoelina. Que compte-t-il faire ? Éviter par tous les moyens d’aller au second tour ou prendre le risque de perdre définitivement la face ? En tout cas, les décisions prises par ses hommes ces derniers jours, à l’image de l’interdiction de sortie du territoire prise contre Mbola Rajaonah, montrent que la panique commence à s’installer. Comme le proverbe malgache le dit si bien, «Tsipaky ny miala aina».

NIRINA RAMANANTSOA

11 commentaires

  1. Tonton Ja Repondre

    Matoa ny kandidà tsy nandefa ny solontenany hanatrika io confrontation io dia mazava fa misy zavatra tsy mazava nataony tao!

  2. Harena Repondre

    Tsy moa ve misy zavatra atahorana tsy hitovy ao matoa matahotra eh, amiko mangarahara ny zavatra nataon’ny CENI fa ireo kandida no manao fanakorontanana amin’ny haino amn-jery amin’ny filazana fa azy ny fandresena.

  3. komi Repondre

    Izy ireo no mangataka hisian’ilay zavatra dia avieo izy ireo indray no tsy tonga fa inona ny antony?mazava be anie izany fa matoa izy tsy tonga dia misy ratsy nataony tao e. Sa matahotra hipotran’ny marina?

    1. Harena Repondre

      Satria manko matahoatra sia izay no anton’izao, ary hita sy mazavaa ary vakaiana fotsiny anie ny zavatra ataon’ireto mapar ireto, eh, mila tonga saina ny vahoaka malgasy raha tsy te ho tafiditra anaty hady lalina indray. sao manko latsain’ny tantara eo indray.

  4. jo Repondre

    Pour le bien être du pays,la meilleur chose à faire c’est de faire confiance et attendre les résultats final de CENI , car les doutes nous mènent que dans d’autre problème et on sait tous que ça va pas être une meilleur solution pour le pays

  5. Andry Repondre

    Ny mpanao ratsy ihany anie no mahana e. Misy zavatra tsy milamina nataony tao matoa izy tsy mahasahy mipoitra mazava ho azy izany.

    1. Tonton Ja Repondre

      Azo eritreretina zany satria efa fanaony ny tahak’izao.

  6. zandry Gasy Repondre

    La CENI a essayé de faire des élections transparentes,mais le problème est que les candidats tentent de perturber les résultats des élections.donc,si l’objectif des candidats est une élection transparente,la CENI devrait être autorisée à travailler en paix.

  7. mahandry Repondre

    efa fantatra fa tsy mitondra vahaolana ho an’ny firenena ny fiheverana zavatra ratsy sy ny fanoherana lava ny zava-misy io, tokony mba tonga saina ny rehetra mba ho izay hampilamina ihany no hatao satrai izany no ahafahana mampandroso ny firenena

  8. Tonny Repondre

    Tokony ho fantatry ny rehetra izany fa tsy avy amin’ny CENi ny olana fa avy amin’ireo kandida sasany mihitsy,araka izany ireo kandida mihitsy izany no mikonona zavatra ary tokony ho mailo isika vahoaka.

  9. Tony Repondre

    Isika vahoaka koa anie mora adalaina sy rebirebena saina indraindray ee. Ny CENI dia manao ny asany tsara sy manara-dalana fa indraindray avy aminireo kandida mihitsy no mitsiry ilay fanakorontanana.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les elements en (*) sont requis