TwitterFacebook

Carburant : Une hausse en catimini de 50 ariary des prix à la pompe

Comme les consommateurs le redoutaient, les pétroliers ont revu, hier matin, leur tarif à la hausse. Ainsi, le super sans plomb est désormais affiché à 4 200 ariary tandis que le gasoil se vend à 3 550 ariary.

Une mauvaise surprise matinale pour les automobilistes. La facture de carburant sera en effet un peu plus salée en cette fin d’année. Si d’habitude, les révisions des prix à la pompe interviennent d’au début du mois, c’était seulement hier que les stations-services ont appliqué les nouvelles tarifications. Le litre du super sans plomb a augmenté de 50 ariary, passant de 4 150 ariary à 4 200 ariary. De même le litre du gasoil vaut désormais 3 550 ariary alors que ce produit était encore affiché à 3 500 ariary, lundi. Cette nouvelle révision des tarifs des produits pétroliers constitue un coup supplémentaire à encaisser pour les consommateurs alors qu’elle paraissait prévisible au sein du secteur.

L’administration et les opérateurs pétroliers aval sont engagés depuis le début de l’année dans un processus visant à établir la vérité des prix sur le carburant. Le ministre de l’Energie et des Hydrocarbures, Lantoniaina Rasoloelison avait, à maintes reprises, expliqué que les tarifs appliqués par les distributeurs pétroliers ne reflétaient pas, loin de là, le coût réel de l’essence et du gasoil. Au niveau de l’Office Malgache des Hydrocarbures (OMH), le Directeur Général, Laurent Rajaonarivelo explique que la dernière hausse des prix à la pompe était intervenue le 12 septembre dernier. Depuis, le manque à gagner des professionnels n’a cessé de croître. «Il y a certes une détente du cours mondial du pétrole, mais cette baisse ne pourra être ressentie à Madagascar que dans au moins deux mois », souligne-t-il. Une source au sein du ministère des Finances et du Budget avait confirmé que l’écart entre les prix à la pompe et la vérité des prix s’élevait à 900 ariary par litre de produit et les opérateurs de la filière accuseraient en ce moment un gap de 228 milliards d’ariary.

D’ailleurs, le Fonds Monétaire International (FMI), par l’intermédiaire de son représentant à Madagascar, Marc Gérard abonde dans cette optique de vérité de prix. «Il est important de revenir à la vérité de prix, quitte à mettre en place des mesures de subvention ciblée pour protéger les secteurs vulnérables comme le transport public », suggère-t-il. Il se félicite du fait que les parties prenantes du secteur pétrolier poursuivent les discussions en vue de la mise en place d’une structure de prix, garantissant à la fois aux distributeurs un profit raisonnable et permettant à l’Etat d’effacer son passif. « L’idée est d’identifier les coûts et de se mettre d’accord sur un niveau de marge », précise-t-il. L’esprit de la démarche selon toujours le représentant du FMI est de baisser de façon graduelle les fonds qui seront attribués au secteur.

Didier Rambelo

1 commentaire

  1. loft Mariana Repondre

    La solution et pour éviter cela c’est ANDRY NIRINA rajoelina!! C’est le seul qui pourra nous sauver de cette misère que nous à laisser Hery ! Si nous votons pour Ravalo je vous le jure que ça sera doublé ! Alors votons pour ne numéro 13

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les elements en (*) sont requis