TwitterFacebook

Être Calife à la place du Calife

Nouvelle Transition. C’est donc la seule solution que le FFKM trouve pour rétablir la sérénité dans notre pays. Un genre de scénario 1991 ou 2009 bis mais, en tout cas, un scénario qui sort de l’ordre constitutionnel. On se demande si les quatre chefs d’église l’ont pu trouver eux-mêmes ou bien, il leur a fallu quelques conseils de l’extérieur. Un véritable retour en arrière purement et simplement alors que le pays retrouve à peine un semblant de normalité après les cinq années catastrophiques sous l’ère Rajoelina. La question est : à qui profite une nouvelle Transition à l’heure actuelle ? Sans doute pas au pays qui a surtout et uniquement besoin que les actions de développement se poursuivent dans un cadre légal, respectant la légalité constitutionnelle. Mais d’autres peuvent très bien profiter d’une situation exceptionnelle, pour briguer un poste ministériel qu’ils n’auront jamais la chance d’occuper en période normale, par exemple, ou pour espérer profiter d’une période transitoire, afin de reprendre leurs affaires et d’amasser de l’argent pour préparer la bataille électorale. Voilà justement pourquoi on parle de 18 mois de Transition, une longévité purement injustifiée étant donné que la situation du pays est loin d’être catastrophique. Si c’est uniquement pour préparer les élections, deux ou trois mois de transition suffiraient, ce qui pourrait être incompréhensible. Mais évidemment, pour ceux qui vont bénéficier de sièges, quelques mois ne suffiront pas pour bien profiter d’un éventuel fauteuil douillet. Mais surtout, tout ça pour ça ! dirait l’autre. Compromettre l’avenir des millions d’emplois et des Malgaches pour arriver à une nouvelle Transition ! C’est encore un signe que les députés qui se disent porteurs de changements sur la place du 13 sont incapables de proposer une alternative crédible à part être Calife à la place du Calife.

NIRINA RAMANANTSOA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les elements en (*) sont requis

*