TwitterFacebook

PORT DE TOAMASINA : Trois portiques de manutention à trouver avant 2021

Dans le cadre du projet d’agrandissement du Grand Port de Toamasina, les techniciens avancent la nécessité de l’achat de trois portiques de manutention. Un défi titanesque, sachant que l’unité de tels équipements s’acquiert à quelque 6 millions d’euros…

Madagascar International Container Terminal Services Ltd (MICTSL) devra déjà penser à mettre de côté une grande enveloppe pour acquérir au moins trois portiques de manutention, avant 2021. Sur le marché, cet équipement portuaire vaut dans les 6 millions d’euros la pièce. Mais c’est un investissement indisponible pour mieux équiper le port qui sera prochainement agrandie. D’autant plus qu’avec l’étendue actuelle du port de Toamasina, les trois grues qui sont actuellement en service ne suivent déjà pas les flux des conteneurs, a expliqué le directeur du Service du port à gestion autonome de Toamasina (SPAT), Christian Eddy Avellin, cette semaine.
Il se pourrait cependant que le MICTSL ne sera pas le seul à assurer cet investissement. Le Premier ministre Olivier Mahafaly a déjà soulevé la libéralisation de la gestion du terminal à conteneur, en l’ouvrant à d’autres concessionnaires. «C’est ce monopole qui handicape actuellement ce service. Peut-être qu’avec un autre concessionnaire-fournisseur de service en termes de conteneurs, le MICTSL ne sera plus débordé comme il l’est actuellement. D’autant plus que le port fera prochainement l’objet d’une grande extension», a-t-il expliqué à l’époque. Mais c’est une proposition qui est encore à l’étude car de telle décision n’est pas à prendre à la légère, a repris Christian Eddy Avellin.

La Société de manutention de marchandises conventionnelles (SMMC) se doit également de suivre le rythme. Celle-ci se chargeant des opérations nécessitées par l’embarquement, le débarquement, la manutention, le magasinage, le stockage des marchandises conventionnelles ainsi que la location des matériels de transport y afférents. «Nous n’allons pas attendre l’extension du port pour nous équiper convenablement. Nous étudions déjà de ce que nous allons multiplier ou renouveler en termes d’équipement et d’infrastructure», a-t-il poursuivi.

Pour sa part, en vue de préparer ses ressources humaines à cette extension du port, la SPAT a mis en place un centre de formation dénommé «Port Academy Central Training», prévu être opérationnel l’année prochaine. Un centre qui servira à renforcer la capacité des agents du port mais également à offrir aux jeunes de Toamasina l’opportunité de connaître les différents métiers qui s’exercent au niveau de ce port.

Rado Andriamampandry

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les elements en (*) sont requis

*