TwitterFacebook

Flore : Les plantes exotiques envahissantes menacent la Grande île

La flore de Madagascar est sous la menace constante des espèces exotiques envahissantes. Ces plantes représentent un risque pour le patrimoine floristique de la Grande île.

Personne ne s’en doute pas, mais Madagascar est sous la menace constante de plantes exotiques envahissantes. C’est ce qu’a déclaré, hier, à Antaninarenina, l’Experte en biodiversité terrestre et accords multilatéraux environnementaux au sein de la Commission de l’Océan Indien (COI), Chantal Nicole Andrianarivo dans le cadre d’un atelier consacré à la protection du patrimoine végétal de l’Océan Indien. « Les voyageurs qui rentrent d’un voyage à l’étranger peuvent être tentés de ramener des fleurs ou d’autres végétaux potentiellement dangereux », a-t-elle alerté.

Elle explique que cet atelier financé par l’Union Européenne réunit les agents des services phytosanitaires et de la douane à Madagascar, c’est-à-dire, ceux qui sont en charge des contrôles des importations aux frontières. Ceux-ci en apprendront un peu plus sur ces plantes dites exotiques et envahissantes. Ils seront également informés et formés sur les textes qui régissent les importations d’espèces végétales dans la région de l’Océan Indien. A l’issue de cette séance, les participants devront créer un réseau d’échanges d’information et ils seront mieux armés pour cette lutte.

L’experte en biodiversité terrestre et accords multilatéraux déplore que les espèces envahissantes, une fois introduites dans un climat donné, peut changer de comportement et devient difficilement maîtrisable. Ce qui est encore plus préjudiciable c’est que les gens ne prennent pas conscience des dégâts que ces espèces causent au niveau du patrimoine floristique. Chantal Nicole Andrianarivo évoque par exemple le cas de la goyave de Chine. «Tout le monde veut le voir pousser dans sa cour sans savoir que cet arbre fruitier est en train d’asphyxier nos aires protégées dans l’Est de l’île », révèle-t-elle. Les Mauriciens, poursuit-elle, ne savent plus quoi faire des ravinala qui poussent un peu partout dans l’île alors qu’à Madagascar, l’arbre du voyageur est très prisé des paysagistes. Ce ne sont que des exemples, mais elle précise que 1% des plantes recensées dans la Grande île est considéré comme des espèces exotiques envahissantes.

Soulignons que ces plantes parasites ont la faculté de s’adapter dans le milieu où elles poussent. Pour l’instant, aucun pays n’est parvenu à éliminer une espèce nuisible donnée quand elle s’est implantée sur son territoire. « La seule chose que l’on puisse faire est de renforcer les actions de prévention », conclut l’experte de la COI.

Didier Rambelo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les elements en (*) sont requis

*