TwitterFacebook

WORLD MUSIC : La célébrité n’est pas la priorité de Mija

Doucement mais sûrement, Mija, la chanteuse de «Tsy Feoko» avance à petits pas vers une musique de plus en plus charismatique, riche en fusion et en thématique. Elle attribue toute autre une vision à sa musique.

Une grande passionnée de la musique, c’est ce que Mija Randriamampionona l’est avant tout. Connue sous le nom d’artiste Mija, elle entre progressivement dans l’univers de la musique malagasy. La célébrité ne semble pas la presser. Pourtant, elle se livre dans un engagement bien fondé et une vision originale pour son genre de musique qu’est la World Music.

En se lançant dans ce domaine depuis 2001, elle n’a à son actif qu’un seul album intitulé
«Du Nord au Sud», sorti en 2014. Ses apparitions en public sont rares, mais sa musique est déjà sur les ondes nationales et internationales. Elle gagne également en notoriété sur les plateformes web de musique avec quelques singles qu’elle a lancé ces dernières années, entre autres «Ngoma» en 2017.

Deux singles

Cette année, il n’est pas encore question d’album. Mija prépare deux autres singles, toujours aux côtés de Miary Lepiera et Maximin Njava, ses principaux musiciens et arrangeurs. Entre- temps, la chanteuse vise tout un autre concept, elle prévoit une collaboration avec Caylah, la starlette du slam du moment.
«En voulant fusionner ma musique avec son slam, nous nous sommes rendu compte que ce n’est pas aussi facile que l’on croyait. Pourtant, nous ne sommes pas au bout de nos peines, nous allons le retravailler et nous verrons le résultat», confie Mija.

La passion de la chanteuse ne s’est donc pas arrêter au simple fait de «Chanter». Mija est une artiste avérée qui tente d’apporter de nouveaux souffles à la musique malagasy et surtout à sa propre musique.
Cette conviction se reflète d’ailleurs sur ses productions. Dotée de paroles profondes, sa musique est effectivement une belle synchronisation d’une douce mélodie, tintée de rythmes de divers horizons musicaux malagasy, frôlant le pop et l’électro. A travers un timbre du Sud et un dialecte du Nord, elle y dévoile ses plus grandes sensibilités qui sont ressenties en tant que femme, humaine et vit en société, histoire de les partager à ses semblables.

Annick Sedson

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les elements en (*) sont requis

*