TwitterFacebook

Slam : « La violence juvénile » vue par les jeunes à Andohalo.

Le monde du slam n’est pas aussi bruyant que les autres disciplines artistiques malagasy, mais il est continuellement actif, à la rencontre du public mais également à la découverte de talents.

Depuis quelques mois, le « Concours national de slam poésie », portant sur le thème de « la violence juvénile » a été lancé par Unicef et le ministère de la population, en collaboration avec la grande famille des slameurs malagasy. La compétition s’adresse cette fois-ci aux jeunes et ils semblent manifester un grand intérêt à cette discipline puisque les organisateurs ont reçu plus d’une centaine de candidatures, qui ont envoyé leurs vidéos sur la page facebook du concours.
Après la clôture de la candidature, les organisateurs ont procédé à la sélection des 10 meilleurs candidats du 11 au 28 juin. Ils seront présentés au grand public ce jour, au jardin d’Andohalo à partir de 9h, pour la grande finale. Ces derniers sont originaires de différentes villes de Madagascar, notamment, d’Antananarivo, d’Antsiranana, de Mahajanga, de Toamasina, d’Amorin’i Mania, de Maintirano, de Vatomandry et de Fort Dauphin. Le public a ainsi participé au vote, par le bais de l’option « J’aime » de facebook.

Le plus frappant dans ce concours, c’est la façon dont ces jeunes transcrivent le sujet qui leur concerne ou concerne leurs semblables, de manière aussi avérée, perspicace, directe et suscitant à la réflexion. Et cela à travers les mots, les rimes, l’art de la littérature. Malgré leur jeunesse, ils sont conscients de la réalité à laquelle sont confrontés les enfants à Madagascar et n’hésitent pas à en parler et à manifester leurs sensibilités.

Cet évènement sera animé par deux grands slameurs malagasy, qui ne sont autres que Barry Benson, le champion de Mada de slam 2017 et finaliste du Championnat du monde 2018, et Poète Rebelle, Champion de Mada, concours slam. Ils pourraient effectivement se présenter comme étant des modèles pour cette pépinière de slameurs et poètes malagasy. Samoëla et Jess Flavi One eux, seront là pour donner une ambiance musicale à cette manifestation.

Annick Sedson

1 commentaire

  1. Pingback: 5vn6ey9c63v4bwct5vwc4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les elements en (*) sont requis