TwitterFacebook

Photographie : La «Perception citoyenne» vue par Rijasolo

Rijasolo donne une belle occasion aux passionnés de la photographie de découvrir une partie de son art, à travers son site

«Perception citoyenne de l’autorité en zone rurale à Madagascar» est un reportage photo réalisé entre 2015 et 2016, dans le cadre du programme «Initiative citoyenne pour la consolidation de la paix, leadership et stabilité». Outres les recherches des trois chercheurs et sociologues, François Roubaud, Mireille Razafindrakoto, Jean Michel Wachsberger de l’IRD, Rijasolo a été parmi l’équipe de Collateral Creation qui ont restitué les résultats et les analyses dans divers supports. Ce dernier a ainsi eu «carte blanche» pour apporter son point de vue sur le sujet, par le biais d’un reportage photo.

«Comme la majorité des Malagasy vivent en zone rurale, je me suis focalisé sur l’«ambanivohitra» pour répondre une question simple: qui détient et qui exerce le pouvoir à la malagasy vivant à la campagne? J’ai ainsi dressé une liste de type de gens ayant un pouvoir particulier à la campagne. Et je les ai interviewés et photographiés», raconte le photographe en parlant de sa démarche.

Dans son approche, le photographe a axé son reportage dans les zones rurales, situées dans le district d’Ampanihy, Betioky et la région Alaotra-Mangoro. Au cœur d’un paysage typique de la Grande île, Rijasolo met en évidence des poses, des portraits très caractéristiques de la population. De manière instantanée ou voulue, les photos révèlent une certaine vérité sur la société malagasy où la forme de l’autorité varie selon ces régions.

Une cinquantaine de photos a donc été sélectionnée pour le projet, exposée en ligne pour la première fois sur http://www.rijasolo.com/-/works/citizen-perception-of-the-authority-in-rural-are.

Ce projet fait partie d’une série d’enquêtes et d’analyses sur les perceptions de la population cible envers le pouvoir, afin de guider le positionnement de l’UE en matière d’assistance au renforcement de la citoyenneté et de dialogue avec les autorités.

ANNICK SEDSON

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les elements en (*) sont requis

*