TwitterFacebook

Concours de «Slam Poezia» : Les violences contre les enfants décriées par les slameurs

Un public ébahi, devant les 10 jeunes meilleurs sélectionnés du concours national «Slam Poezia», clame haut et fort des messages profonds sur un sujet social qu’est «La violence à l’encontre des enfants»

Ils ont été une centaine à participer à ce concours national «Slam Poezia», organisé par l’Unicef, le ministère de la Population et First événementiel. La sélection n’était pas une mince affaire pour les membres du jury, composés des responsables de ces organismes, ainsi que deux grands slameurs malagasy dont Barry Benson et Poeta Rebelle. Apparemment, les participants ont été tous remarquables dans leurs vidéos, dévoilant de vrai talent pour cet art oratoire contemporain.
Contraints d’en sélectionner que 10, ceux qui ont été présentés au jardin d’Andohalo, samedi dernier, ont donc été parmi les plus convaincants, que ce soit en texte, en expression ou en tonalité. En transmettant des messages touchants, suscitant de grande émotion, leurs textes ont percé l’âme et restera graver dans l’esprit de l’auditoire.

En effet, sur scène, ces derniers se sont déchaînés, déployant leur talent de façon captivante, renversant le public. Rien ne semble leur échapper dans la situation des enfants à Madagascar et ils ont leur mot à dire. Tous les cas ont été abordés dans leurs textes, en français ou en malagasy, entre autres les impacts du manque d’attention ou d’affection, l’exploitation des enfants, la prostitution, la violence morale et physique… Visiblement, ces jeunes ont compris l’enjeu des rôles parentaux dans l’épanouissement des enfants.

«Nous oublions parfois que la violence à l’encontre des enfants n’est pas uniquement les châtiments physiques, c’est aussi une violence morale qui se traduit, par exemple, par les paroles blessantes des parents, l’interdiction de parler, de s’exprimer, de donner son avis, sans oublier le droit de s’épanouir, et de jouir de l’enfance même…», confie Nacha, 17 ans, participante de Mahajanga.

Ambassadeurs

De telle vision mérite d’être entendue et d’être partagée. Les 10 sélectionnés, âgés entre 12 et 18 ans, se présentent désormais comme étant des ambassadeurs et porte-paroles de tous les enfants malagasy. Les organisateurs comptent d’ailleurs réaliser une campagne nationale sur la lutte contre cette violence juvénile à Madagascar, à travers les vidéos de ces jeunes originaires de nombreuses villes de la Grande île. Ces derniers ont gagné divers lots, notamment un Smartphone, un puzzle 3D, une casque «Beats» et bien sûr, une coupe et un certificat pour chacun.

Les 10 meilleurs slameurs de «Slam Poezia»
Fy Rasoava (Antananarivo) – Fay Nah (Mahajanga) – Nandrianina Aina (Antsiranana) – Nacha (Mahajanga) – Amira Saffyah (Toamasina) – Fyo Nah (Mahajanga) – Patricia Manjatiana (Amoron’i Mania) – Feu Follet (Antananarivo) – Samarina Christina (Maintirano) – Antsa Chan (Fort Dauphin)

Annick Sedson

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les elements en (*) sont requis

*