TwitterFacebook

ART DU SPECTACLE : Judith Olivia Manantenasoa à la recherche de la perfection dans Kisandola

L’art du spectacle est un travail de longue haleine qui demande à son créateur, toute une conception bien définie, allant du thème traité à la scénographie et en passant par l’ensemble du régis. C’est le défi de la chorégraphe Judith Olivia Manantenasoa, qui mise sur une prestation plus audacieuse.
En pleine préparation de la prochaine présentation de son solo, intitulé «Métamorphose» aux Halles Shearbeek de Bruxelles, les 7 et 8 février, Judith Olivia Manantenasoa continue en parallèle son travail de recherche pour l’amélioration de sa dernière chorégraphie Kisandola, un spectacle de cirque contemporain. Bien que la première présentation de l’œuvre, qui a eu lieu le 13 décembre dernier, ait déjà conquis le cœur du public, la chorégraphe n’est pas encore satisfaite du résultat. Soucieuse des détails, elle apportera plus d’énergie et de dynamisme à son œuvre.
«Actuellement, mon équipe est sur le point de renforcer sa capacité en cirque puisque je trouve que la première version de Kisandola reste juste au niveau de la beauté. Je veux casser cette image et compte multiplier les risques dans les portés acrobatiques et en cerceau aérien. Mais pour cela, nous devons travailler encore plus sur l’engagement corporel et physique», a-t-elle expliqué.

EMOTION

Le but est de bousculer l’émotion du public et de créer un spectacle bien vivant. Il faudra donc s’attendre à une conception et une scénographie encore plus percutantes de «Kisandola» dans quelques mois. Cette caractéristique téméraire des œuvres de Judith Olivia Manantenasoa est devenue sa signature depuis quelques années.
A rappeler que «Kisandola» est une œuvre multidisciplinaire réalisée en collaboration avec l’école du cirque Chapitô Métisy et Volahasiniaina Linda, qui s’occupe de la lumière. En s’ouvrant et en se perfectionnant progressivement à d’autres disciplines artistiques, la chorégraphe ne peut que produire un spectacle plus riche, touchant l’âme du public.

ANNICK SEDSON

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les elements en (*) sont requis

*