TwitterFacebook

Programme de Ravalomanana : Une Inspection Générale de la Justice pour restaurer l’Etat de droit

Vindictes populaires, insubordination, corruption en tout genre, tout cela témoigne du mal être de l’Etat de droit à Madagascar. Pour y remédier, Marc Ravalomanana veut créer une Inspection générale de la Justice pour remettre de l’ordre dans la société malagasy.

L’Etat de droit à Madagascar s’est nettement dégradé au cours de la dernière décennie, après le coup d’Etat de 2009. Le malaise social que vit actuellement la population provient d’une accumulation de situations ayant progressivement mis à mal l’ordre constitutionnel dans le pays. Alors que le dernier rempart de la République partait en lambeaux, la Justice, à côté, n’arrêtait pas de perdre sa crédibilité. De ce fait, le peuple ne sait plus à quel Saint se vouer ?

L’on se rappelle en effet d’un Caporal qui refuse d’obéir à un ordre d’un général, ancien ministre de la Défense, à Ampahibe en 2009. S’en suivent après les actes de pillage et de vandalisme sur les biens de personnes. Tous ces actes restaient impunis jusqu’à aujourd’hui. A cause de cette absence d’un Etat de droit et le manque de confiance envers la Justice, les vindictes populaires ont gagné du terrain. Rien que le mois dernier, par exemple, au moins cinq vindictes populaires ont été enregistrées d’Analanjirofo à Maintirano en passant par Vatomandry, personne n’est épargnée même des policiers en mission.

SOLUTION

A un moment, où la population malagasy s’apprête à passer dans une nouvelle ère, celle d’un Madagascar où l’Etat de droit ne devrait plus descendre encore plus bas, le candidat N°25, Marc Ravalomanana, propose une solution inédite pour redorer l’image de la Justice et pour permettre à cette dernière de regagner la confiance des justiciables. En effet, dans son Manifesto, Marc Ravalomanana annonce la mise en place d’une instance appelée : Inspection Générale de la Justice (IGJ). Cette structure est en charge d’examiner le respect des règles déontologiques particulières aux Magistrats, aux Avocats, aux notaires, aux huissiers et aux experts comptables. Elle scrutera également les agissements des membres des institutions publiques comme le Conseil Supérieur de la Magistrature.

L’IGJ pourra combler les failles du système judiciaire existant. Celle-ci veillera aux conflits d’intérêts et au respect de la règle contradictoire. Elle insistera particulièrement à l’application loyale des règles de procédure et aux fautes professionnelles graves, dont la corruption. Ceci dit, l’Inspection Générale de la Justice jouera alors le rôle de dernier rempart pour la population, habituée malheureusement à perdre leur droit. Faut-il noter qu’aucune immunité n’est opposable à une convocation de l’IGJ quels que soient l’identité, la qualité, la fonction et encore moins le rang social du prévenu. Cette instance juridique peut effectivement prendre, en toute indépendance, des mesures de sanctions conformément à la loi en vigueur. Elle peut prendre ses initiatives à partir d’une auto-saisine.

Même dans sa structure, l’Inspection Générale de la Justice a été conçue de façon à ce que ces treize membres, justifiant d’une riche expérience dans leur domaine respectif, soient représentatifs possibles de tous les corps composant la Justice et aussi la société civile. Ils sont tenus de refléter la cohésion nationale. En tout, l’IGJ est chargée d’apporter au peuple malgache tout ce, dont il lui manquait pour vivre en harmonie.

Didier Rambelo

2 commentaires

  1. rado Repondre

    Ne soit pas trop naïf, car vous n’aller pas revenir au pouvoir ça j’en suis sûr.

  2. viagra online Repondre

    taking viagra with xanax [url=http://www.viagrabs.com/]www.viagrabs.com[/url] sildenafil for right heart
    failure.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les elements en (*) sont requis