TwitterFacebook

Grève des enseignants : Le Premier ministre monte la pression sur les leaders syndicaux

Le Premier ministre Christian Ntsay a appelé les chefs syndicaux à demander aux enseignants grévistes de reprendre leur fonction. Ces derniers qui poursuivent le blocage de la machine éducative malgré les promesses du gouvernement de donner suite à leur revendication

Le gouvernement ne compte pas changer d’avis face à la détermination des enseignants à poursuivre leur grève.C’est ce que le Premier ministre a indiqué en marge du dépôt de sa déclaration de patrimoine à la Haute Cour Constitutionnelle hier à Ambohidahy. « Le gouvernement a déjà fait des concessions aux revendications de ces syndicats durant les dialogues tenus avec les meneurs syndicales. Certaines revendications ne peuvent être satisfaites dans le court terme », a avancé Christian Ntsay. Il a ainsi demandé aux chefs syndicaux de faire pression sur les grévistes de reprendre leur fonction.

« Nous avons organisé une série de dialogues sociaux avec les syndicats des enseignants. Mais comme toute chose, les discussions ont un début et une fin puisque nous n’allons pas pouvoir discuter pendant des mois. Toutefois, le gouvernement a déjà promis plusieurs réformes mais force est de constater que les manœuvres visant à mettre en otage l’avenir des élèves en classe d’examen se poursuivent. C’est pour cette raison que je demande aux leaders syndicaux d’avoir le courage d’expliquer aux grévistes que toutes leurs revendications ne peuvent être satisfaites en si peu de temps », a lancé Christian Ntsay.

Le locataire de Mahazoarivo a de ce fait rappelé les listes de revendications auxquelles le gouvernement a déjà donné une réponse. C’est notamment le cas de l’indemnité d’avancement, de déplacement et d’autres indemnités que l’Etat a promis de débloquer à partir du mois d’Octobre. Des réformes qui couteraient jusqu’à 155milliards d’ariary, rien que pour cette année d’après ses explications.

En ce qui concerne la revendication des autres syndicats, le Chef du gouvernement a annoncé qu’il va continuer de recevoir les leaders syndicaux respectifs pour les écouter. Il a en outre affirmé que ce sera en marge de ces dialogues sociaux que seront apportées les solutions « Je réitère encore ma demande à l’endroit de tous les syndicats de respecter la loi sur le dialogue social que notre pays a ratifié. Cela en ayant le courage d’assumer leur responsabilité sur les limites dans leurs revendications », conclut-il.

Tsilaviny Randriamanga

10 commentaires

  1. Hary Repondre

    Le Premier Ministre se soucie de l’avenir de nos enfants c’est pourquoi,il a pris cette décision car il voulait le bien de tout les malgaches.

  2. Tony Repondre

    Il a raison et vu ces responsabilités, il ne cesse de trouver ce qui est de mieux pour le pays. Aujourd’hui, il fait appel pour la paix.

  3. komi Repondre

    Voilà une bonne décision que le PM à prend car c’est vraiment l’avenir des enfants sont en jeux du syndicat. C’est un homme responsable

  4. Tonton Ja Repondre

    Rehefa tsy azo ifampiraharahana @ teny malefaka ireo mpanao fihetsiketsehana dia tsy maintsy hiakatra ihany ny feon’ny PM ah!!! Mba jereo r’reto ny hoavin’ireo zanantsika ireo ah!!!

  5. kokorikô Repondre

    Le PM est apte de comprendre les autres! il sent la douleur des enfants!

  6. Miary Repondre

    c’est Normal que le Premier ministre a pris ses responsabilités,parce qu’ils voient que les enseignants sont au-dessus de la barrière

  7. fanirisoa clémentine Repondre

    hita oah! sady tsy itako ze tombotsoa azo amle greve nge eh!

  8. soavadia Repondre

    Les grèves ne vous mèneront loin!

  9. Sisi de vohemar Repondre

    avelao ny ankizy hiagnatra amzay fa zo an’izy ireo zany! Ny lehibe no miady ka ny ankizy no voakorontagna! Mba aoka zay

  10. jay Repondre

    mahafapo mihitsy ny fiasan’ity PM antsika ity, tsy mitsahatra ny mamaha ny olana sy mitady izay hampilamina izy ary olona tena tompon’andraikitra @izay ataony

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les elements en (*) sont requis