TwitterFacebook

Diffamation et effraction : Deux nouvelles plaintes contre les députés de l’opposition

Les parlementaires de l’opposition font l’objet de deux nouvelles plaintes. L’une a été déposée par le Sénat et l’autre par la Présidence de la République

Les plaintes à l’encontre des députés de l’opposition affluent au Parquet d’Anosy. Après celle déposée par le sénateur Olivier Rakotovazaha, ils font déjà l’objet de deux nouvelles plaintes. La première a été déposée, cette semaine, par l’avocat de la Présidence du Sénat après le forcing effectués ces parlementaires à Anosikely. Selon l’avocat du Sénat, maitre Tantely Ramaroson, les parlementaires avec certains de ses partisans seraient entrés par effraction à l’intérieur de cette institution de la République. Une infraction sanctionnée par les articles 327, 328 et 329 du code pénal malagasy.

« Le 8 mai, les députés de l’opposition et leurs partisans se sont attroupés en face du Sénat Anosikely. Outre l’attroupement sans autorisation, certains d’entre eux sont entrés par effraction à l’intérieur de ce bâtiment classifié comme zone rouge », a soulevé l’avocat de la Présidence du Sénat.

Les avocats ont par ailleurs avancé que ces députés ont fait exprès de transgresser le code pénal lors de leur entrée à l’intérieur du Palais de verre. « Les forces de l’ordre ont été pourtant déjà avertis, il y a quelques jours avant ce forcing que le palais du Sénat fait partie des lieux classés zone rouge » rappelle les avocats du Sénat.

MENACE ET DIFFAMATION

La deuxième plainte, quant à elle, a été déposée le même jour par l’avocat de la Présidence de la République, accusant cette fois-ci les parlementaires d’avoir diffamé le Chef de l’Etat. Dans sa plainte, la Présidence a rappelé les accusations infondées des députés de l’opposition. Eux qui ne cessent de répéter que le Président de la République a soudoyé les députés lors du vote des textes électoraux à la Chambre basse.

Rappelons que le sénateur Olivier Rakotovazaha a déjà porté plainte contre le député Hanitra Razafimanantsoa et consorts pour menace et diffamation. Ce sénateur ayant été enfermé dans son bureau par ces parlementaires de l’opposition qui dirigent la manifestation sur la Place du 13mai ; l’idée était d’inciter les fonctionnaires à rejoindre le mouvement.

LUCIA RASOA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les elements en (*) sont requis

*